Développement personnel

Sagesse : les 12 règles d’une vie épanouie de Jordan Peterson. Partie1

Comment vivre de manière satisfaisante et épanouie ? Jordan Peterson son dévoile 12 règles pour y arriver.

Bonjour mes champions, je partage avec vous aujourd’hui, le résumé du livre : 12 règles pour une vie harmonieuse, un antidote au chaos écrit par le psychologue Jordan Peterson

Règle numéro 1 : se tenir droit

Ici Jordan explique le pouvoir d’influence que notre attitude et notre langage corporel ont sur notre relation avec les autres, et sur la façon dont les autres nous perçoivent et nous traitent. Cette relation est observée chez les humains et les autres espèces animales. l’un des exemples que Jordan utilise pour illustrer cette dynamique, est la lutte entre deux homards qui se disputent un espace à habiter.

L’un des deux homards peut s’enfuir lorsqu’il perçoit que l’autre est plus gros, ou bien il peut y avoir un conflit entre les deux dans lequel, il y aura un gagnant et un perdant. Le homard perdant perdra toute confiance en lui et assumera un rôle plus soumis dans la structure hiérarchique existant. Dans son monde, d’autres animaux adoptent une certaine posture corporelle pour paraître plus grand que leurs adversaires, comme une stratégie de dissuasion.

Dans le monde des humains, il existe une dynamique sociale est basé sur une structure hiérarchique que nous avons appris à comprendre dans nos relations sociales quotidiennes, et dans laquelle notre attitude et notre posture corporelle joue un rôle important. Les processus neurochimiques qui affectent, le système nerveux comme la sérotonine régissent les comportements qui déterminent ces structures de dominance.

La sérotonine est connue comme la substance chimique du bonheur. Les personnes souffrant de dépression ont un faible taux de sérotonine tandis que celles qui ont une bonne attitude et un bon leadership ont tendance à avoir un taux de sérotonine normal ou élevé. Une personne ayant de bons niveaux de sérotonine marchera avec une grande confiance en elle dans la vie, se révélant par une posture plus droite et des mouvements qui projettent la sécurité. Selon Jordan, il s’agit d’une voie à double sens, ainsi, non seulement le neurochimique affecte l’attitude mais, elle influence la biochimie du cerveau.

Lorsque nous avons une mauvaise image de nous-mêmes et que nous nous percevons comme inférieur aux autres, nous marchons les épaules voûtées et les yeux baissés, et cela affecte toute la neurochimie du cerveau, créant ainsi un cercle vicieux. Jordan recommande de commencer par modifier votre attitude en commençant par votre langage corporel, non pas comme une solution miracle, mais comme un signal envoyé aux autres.

Lorsque nous décidons d’améliorer notre posture corporelle, en marchant droit et en évitant de voûter nos épaules, nous disons au monde que nous avons confiance en nous, que nous n’avons pas peur de la vie que nous sommes un gagnant, et que nous ne permettrons à personne de nous piétiner.

Règle numéro 2 : traitez-vous comme une personne que vous êtes chargé d’aider

Si un médecin prescrit un certain médicament à un groupe de 100 personnes, un tiers d’entre elles ne suivront pas correctement le traitement recommandé. Il peut s’agir de ne pas respecter l’horaire établi ou d’oublier la dose. Ici, Jordan Peterson explique que nous nous traitons souvent avec négligence et que c’est la raison pour laquelle bien que nous blâmons les autres, nous sommes responsables de la création de nos propres affaires.

Certaines personnes prennent soin de leurs animaux de compagnie, plus encore qu’elles ne prennent soin d’elles-mêmes. Nous considérons que les autres sont dignes d’amour, de soins et d’attention mais au fond, nous nous considérons comme indigne de ses soins, et de cet amour. Jordan explique que les êtres humains ont un grand potentiel pour faire le mal et qu’au fond d’eux-mêmes, ils le savent.

C’est pourquoi, ils portent des sentiments de honte et de culpabilité, qui les amènent à penser qu’ils ne méritent pas le bien. Par contre, un animal ou un enfant que nous percevons comme des créatures innocentes, nous semblent dignes du bien et Jordan affirme que cette réaction face à une telle réalité est erronée.

Les êtres humains ont un rôle pertinent à jouer dans l’évolution du destin du monde, et nous y parviendrons en comprenant que nous ne pouvons faire le bien et prendre soin des autres qu’à condition de prendre soin de nous-mêmes, et de bien nous traiter.

Le devoir moral de faire évoluer la civilisation et l’environnement vers un avenir moins chaotique fait partie de l’obligation, de prendre soin de nous-mêmes, traitons-nous comme une personne que nous sommes chargés d’aider.

Règle numéro 3 : faites-vous des amis avec des personnes qui veulent le meilleur pour vous

Quel genre de personne sont vos amis ? À quoi ressemble votre cercle social ? Peu de gens gardent les mêmes amis depuis leur enfance ou leur adolescence jusqu’à l’âge adulte et beaucoup ne se soucient pas du type de personne qu’ils fréquentent. Dans cette règle, Jordan explique que nous devrions nous efforcer de nous faire des amis qui peuvent influencer positivement notre vie.

Bien sûr, nous sommes responsables de nos propres décisions, mais un cercle social particulièrement toxique finira par nous affecter négativement. Certaines personnes entretiennent des amitiés douteuses afin d’essayer de les sauver de la perdition, mais Jordan dit qu’il faut être prudent, car toutes les personnes déchues ne sont pas des victimes et tous ceux qui sont à terre ne veulent pas forcément remonter.

Une personne pourrait dépenser une énergie précieuse à essayer de sauver quelqu’un qui ne veut même pas être aidé. Une énergie qu’elle pourrait utiliser en elle-même et dans la construction de relations sociales saines. Jordan ne prétend pas que nous ne devrions jamais aider qui que ce soit, mais plutôt que nous devons découvrir pourquoi cette personne est en difficulté.

Comprendre en profondeur le problème de l’autre personne, nous fera gagner du temps, de l’argent et de l’énergie qui pourrait être gaspillée par des suppositions erronées. Gardons des amis qui partageront notre bonheur et notre tristesse. Entourons-nous de personnes qui nous soutiendront, lorsque nous faisons quelque chose de valable.

Avant de nouer une amitié, demandons-nous si cette personne pourrait-elle avoir une influence positive dans notre vie ? est-ce le genre d’ami que nous méritons ? cet ami veut-il vraiment ce qu’il y a de mieux pour nous ? être sélectif dans le choix de ses amis n’est pas égoïste, c’est une responsabilité.

Règle numéro 4 : comparez-vous à votre passé par quelqu’un d’autre

Nous avons tous une voix intérieure qui fait des commentaires sur nous-mêmes et sur les autres. C’est un critique intérieur qui vit dans notre esprit et dans le mien, c’est une voie qui peut être si blessante, qu’elle peut nous paralyser, nous vaincre. Cette voie peut apparaître très fréquemment dans un certain scénario de notre vie.

Ce scénario est parfait lorsque nous avons un objectif clair et que nous sommes concentrés à 100% sur cet objectif. Il est très probable que, lorsque nous faisons une erreur et que nous ratons la cible, cette voie apparaisse pour nous critiquer durement. De nombreuses personnes sont tellement concentrés sur un objectif qu’elles souffrent énormément lorsque leur attente ne sont pas satisfaites.

Jordan explique que c’est normal, nous sommes faits pour nous concentrer uniquement sur ce qui nous intéresse immédiatement. Notre système visuel a évolué de telle sorte que nous ne sommes capables de voir clairement que ce qui nous intéresse, tout le reste est flou. Cela se produit également lorsque nous ne sommes pas satisfaits des résultats de notre travail nous sommes tellement concentrés sur l’objectif final que nous ignorons les petites réalisations.

Le critique intérieur sera là pour nous faire des reproches et comparer nos performances avec celles des autres. par exemple si un de nos amis fait mieux que nous sur un projet, cela peut être désagréable mais il existe une solution. Jordan recommande de contrôler ses voix et de les utiliser à notre avantage. Si nous prêtons attention à cette voie, nous pourrions l’utiliser pour corriger le cours que nous avons pris et changer l’avenir.

Dans le livre l’auteur explique qu’une autre action utile consiste à se fixer des objectifs modestes et réalisables et à éviter d’être obsédé par le fait d’arriver à une destination en apprenant à apprécier le voyage et à se récompenser pour les petites réalisations. Jordan conseil une fois que nous avons entamé ce processus de traiter notre critique intérieur comme une personne qui travaille pour nous, ne devenons pas notre propre esclave ou celui de quelqu’un d’autre.

De nombreuses personnes dans l’histoire ont en effet atteint deux grands objectifs qui ont changé le monde, mais il est également vrai que ces personnes se sont réjouies de chaque petite réalisation en cours de route.

Blogueur & Infopreneur Camerounais Le dur travail bât le talent, lorsque le talent ne travaille pas dur. Namasté 🙏

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Hello world.

This is a sample box, with some sample content in it.