Développement personnel

Les 18 lois de la nature humaine de Robert Greene (P2)

Nous continuons aujourd’hui avec les lois N°7 à 12. Pour voir les les premières lois, cliquez ici

Loi n°7 : La loi de l’irrationalité

Parfois, nous sommes dominés par nos émotions et nous finissons par prendre de mauvaises décisions. Les émotions ne sont pas une mauvaise chose, elles sont nécessaires. Le problème est que nos émotions sont guidées par un principe très simple : nous essayons toujours d’éviter la douleur et de trouver du plaisir. Cela signifie que, même lorsque nous savons quelle est la bonne chose à faire, le faire n’est pas facile si c’est douloureux. Nous inventerons des excuses, et c’est pourquoi la plupart des gens n’admettront jamais qu’ils ont tort ou ne changeront pas d’avis. Parce que se tromper et changer sont des choses douloureuses ! Or, les conséquences de l’irrationalité peuvent être terribles. Voici donc quatre conseils pour devenir plus rationnel :

1) Acceptons d’être irrationnel : Une personne qui pense être toujours rationnelle croit avoir raison tout le temps. Elle réagit simplement et finit par se laisser guider par sa propre interprétation erronée de ses émotions, des événements et des autres personnes.

2) Examinons les réactions : En analysant notre comportement, nous construisons lentement notre connaissance de nous-même. Ces connaissances aideront notre côté rationnel à prendre le contrôle lorsque nous serons à nouveau confrontés à des situations similaires.

3) Augmentons le temps de réaction : Avons-nous déjà trouvé la réplique parfaite dès que nous nous sommes sentis plus calme après une dispute avec quelqu’un ? Le fait de nous retirer de la situation et de nous donner le temps de nous calmer peut nous aider à reprendre le contrôle de notre côté rationnel. N’oublions pas que nos vraies couleurs apparaissent lorsque nous sommes sous pression. C’est la meilleure occasion d’observer qui sont vraiment les autres.

4) Acceptons la douleur : nous devrions augmenter notre tolérance à la douleur. Il est normal d’avoir tort, d’être blessé, de se sentir coupable. Acceptons nos sentiments, qu’ils soient agréables ou désagréables, et ils auront moins de pouvoir sur nous.

Loi n°8 : La loi de la myopie

Cette loi est ce qui nous empêche de réussir nos régimes, de développer de bonnes habitudes à long terme et d’éliminer les mauvaises habitudes. Si nous pouvions toujours nous concentrer sur le long terme, il nous serait facile de ne jamais manger de sucre, par exemple, car nous nous souviendrions toujours que c’est mauvais pour notre santé. Mais ce n’est pas facile d’y penser quand on a une énorme part de gâteau au chocolat devant soi, n’est-ce pas ?

Les gens réagissent généralement aux circonstances présentes et oublient que la plupart des choses sont temporaires et qu’elles ont des conséquences. C’est comme si nous étions près de la base d’une montagne et que nous ne pouvions pas voir grand-chose parce que nous sommes entourés d’une forêt dense. Mais à mesure que nous montons, notre perspective s’élargit. Quand nous serons au sommet, nous verrons mieux que quiconque. Alors, comment pouvons-nous grimper cette montagne et voir la vue d’ensemble ? Voici quatre conseils :

Conseil n°1 : Au 19e siècle, les autorités ont décidé qu’il y avait trop de serpents venimeux à Delhi et ont offert une récompense à toute personne qui leur apportait un serpent mort. Certaines personnes ont commencé à élever des serpents pour pouvoir les tuer et recevoir la récompense. Les autorités ont compris leur erreur et ont supprimé la récompense, mais les gens ne savaient plus quoi faire des serpents qu’ils avaient. Ils les ont laissés partir et, par conséquent, il y avait encore plus de serpents à Delhi qu’avant. Parfois, nos actions entraînent des conséquences non désirées. Pour éviter ce problème, essayons de prévoir toutes les conséquences possibles d’une action donnée, même si elles nous semblent évidentes, et demandons-nous comment nous pouvons gérer chacune d’entre elles.

Conseil n°2 : Parfois, nous avons investi tellement d’énergie dans un conflit que nous refusons de le laisser tomber, même si nous savons que nous devrions le faire. Prenons du recul et demandons-nous : quelles sont mes véritables priorités ? Si je gagne ce combat, cela m’aidera-t-il à atteindre mes objectifs ? Certaines batailles n’en valent pas la peine.

Conseil n°3 : Lorsque nous effectuons un achat en ligne, je suis sûr que nous voulons le recevoir le plus rapidement possible, n’est-ce pas ? Au fur et à mesure que le temps passe, nous devenons de plus en plus impatients. Nous devons travailler sur notre patience et établir des objectifs à long terme si nous voulons réussir.

Conseil n°4 : De nos jours, les informations sont partout et, avec tant de détails accessibles, il est difficile d’avoir une vue d’ensemble. Nous devons entraîner notre esprit à filtrer les choses essentielles, en fonction de nos priorités et de nos objectifs.

Loi n°9 : La loi de la défensive

Pour illustrer cette loi, l’auteur raconte l’histoire d’un adolescent rebelle qui a été pris en flagrant délit de vente de drogue à l’école. Il a été immédiatement suspendu – mais il devait quand même faire ses devoirs. Comme il n’avait manifestement pas envie d’étudier, sa mère a eu une idée. Elle lui a dit : « Le directeur ne te permet pas d’aller en classe parce qu’il veut que tu échoues. Il pense que les élèves ne peuvent pas apprendre à la maison. Il se sentirait mal si tu lui prouvais qu’il a tort. » Bien sûr, cela a eu l’effet exact que sa mère voulait : pour se venger du directeur, le garçon avait plus d’énergie pour étudier que jamais auparavant. Nous aimons tous croire que nous possédons trois qualités :

  • Autonomes. Nous refuserons toujours d’être influencés par les autres, et nous nous rebellerons si nous sentons que quelqu’un essaie de nous changer ou de nous persuader.
  • Intelligents. La plupart d’entre nous acceptent que nous ne sommes pas des versions modernes d’Einstein, mais nous croyons toujours que nous avons notre propre type d’intelligence.
  • Bons. Nous pensons que nous sommes des gens bien et que nous soutenons les bonnes causes.

La première stratégie pour devenir un maître de la persuasion consiste à ne jamais mettre quelqu’un dans une situation qui menace l’une de ces trois croyances. Travaillons à l’intérieur de sa propre opinion, même si elle n’est pas positive ou réaliste. Soyons empathique et validons les croyances des gens avant d’essayer de les persuader. Laissons-les sentir qu’ils nous persuadent. Ils se sentiront supérieurs, ce qui est précisément ce que nous voulons, car ils seront alors plus ouverts à nos idées.

Stratégie n°2 : Soyons un auditeur attentif. Écoutons plus que nous ne parlons. Répondons à ce qu’ils ont dit par quelque chose qui les fait se sentir validés et qui les encourage à continuer à parler de leurs intérêts. Mais ne soyons pas trop évident, car ils seront sur la défensive si cela ressemble à une interview plutôt qu’à une conversation.

Stratégie n°3 : Inspirons la sécurité. Lorsque nous croyons que les gens nous acceptent et nous aiment tels que nous sommes, nous nous sentons moins sur la défensive. Lorsque nous sommes avec des amis, par exemple. Notre objectif est d’apprendre à inspirer le même sentiment de sécurité aux autres personnes.

Stratégie n°4 : Apaisons leurs insécurités. Nous avons tendance à aimer les personnes qui peuvent nous apprécier, alors identifions leurs insécurités et ne les déclenchons jamais. Lorsque quelqu’un nous demande notre avis, il ne veut pas la vérité. Il ne veut pas non plus un mensonge. Ce qu’il veut, c’est être validé et voir son opinion confirmée, mais de la manière la plus réaliste et la plus aimable possible.

Stratégie n°5 : Utilisons la résistance et l’entêtement des gens. Certaines personnes sont particulièrement résistantes. Elles ont l’impression que le monde est contre elles, et qu’elles doivent donc y résister. Notre travail consiste à utiliser leur résistance et leur entêtement, comme la mère l’a fait avec son fils rebelle.

Loi n°10 : La loi de l’auto-sabotage

Supposons que deux personnes voyagent à Nantes : Hermann et Divine. Hermann trouve que Nantes n’a pas l’air très attrayant. La langue est difficile, alors il ne parle pas à beaucoup de gens, car il déteste se mettre dans l’embarras. Les belles photos qu’il a vues ne correspondent pas à la réalité, car les sites touristiques sont toujours bondés de touristes. Il se sent seul et mal à l’aise. Quand il rentre chez lui, il dit aux gens que Nantes ne vaut pas la peine. Divine, en revanche, est ravie. Même si son français n’est pas très bon, elle veut rencontrer de nouvelles personnes. Parfois, ils se moquent d’elle, mais elle rit d’elle-même et continue d’essayer. Elle finit par se faire des amis, qui lui indiquent les meilleurs jours pour visiter les sites touristiques, afin qu’elle puisse prendre les meilleures photos.

Elle a l’intention de revenir nous voir bientôt ! Comme nous pouvons le constater, même si deux personnes partagent la même expérience, une différence d’attitude et de perspective peut changer la façon dont elle les affecte toutes les deux. Certaines personnes ont une attitude négative et étroite. Elles sont trop prudentes, ont peur de perdre le contrôle et s’attendent toujours à ce que le pire se produise, tout comme Hermann. D’autres personnes, comme Divine, sont toujours ouvertes aux nouvelles idées et ont généralement des expériences plus positives. Voici quelques attitudes expansives qui peuvent vous aider :

Attitude n°1 : remplaçons la conviction par la curiosité et considérons-nous comme un explorateur sans peur et ouvert d’esprit.

Attitude n°2 : n’essayons pas d’éviter à tout prix les frustrations et les obstacles. Nous ne pouvons pas éviter les adversités, mais nous pouvons contrôler nos réactions face à elles. Considérons les événements négatifs comme des occasions d’apprendre et de devenir plus fort.

Attitude n°3 : n’adoptons pas l’attitude indifférente et sceptique qui est si à la mode actuellement. Ces personnes considèrent que les gens positifs sont naïfs, mais leur négativité est en fait un masque pour dissimuler leurs craintes.

Attitude n°4 : ne prenons pas les choses personnellement : la plupart du temps, les réactions des gens à notre égard ne disent rien de nous – elles parlent d’eux-mêmes.

Attitude n°5 : ne nous limitons pas : notre corps et notre esprit peuvent faire beaucoup plus que nous ne le pensons. Notre santé s’améliore lorsque nous sommes plus positifs.

Loi n°11 : La loi de la grandiosité

Nous avons tous déjà rêvé de quelque chose de grandiose, surtout lorsque nous étions enfants. Nous rêvons d’être la rockstar la plus populaire, d’écrire le prochain best-seller, de sauver tous les animaux de l’extinction ou de diriger l’entreprise la plus prospère du monde ! Nous voulons nous considérer comme importants et avoir une opinion positive de nous-mêmes. Ce n’est pas une mauvaise chose. Les rêves grandioses nous émeuvent et nous donnent de la volonté et de la motivation. Le problème, c’est lorsque nos sentiments de grandiosité deviennent incontrôlables et nous conduisent à une version déformée de la réalité.

Nous commençons à croire que nous sommes beaucoup plus grands que nous ne le sommes ou que tout le monde le pense, et nous perdons le contact avec la réalité. Pour éviter cela, nous devons canaliser cette énergie grandiose vers notre travail, nos objectifs et nos décisions – et non vers notre ego. Voici comment nous pouvons y parvenir et nous sentir épanoui :

Conseil n°1 : Soyons honnête avec nous-même. Nous avons tous des ambitions et voulons nous sentir importants. Que voulons-nous et est-ce réalisable ?

Conseil n°2 : Au lieu de sauter d’un projet à l’autre, incapable de décider quelle idée fantastique est la meilleure, concentrons-nous sur un seul objectif raisonnable et faisons un pas après l’autre.

Conseil n°3 : Nos idées ne seront pas parfaites. Recherchons les réactions d’autres personnes à ce sujet, et tenons compte de leurs opinions.

Conseil n°4 : Choisissons des projets qui se situent un peu au-dessus de notre niveau de compétence actuel. Pas en dessous, car il serait trop facile, pas au même niveau, car cela ne nous ferait pas progresser, pas trop au-dessus, car ils seraient fantaisistes et nous les abandonnerions dès que nous nous en rendrons compte.

Conseil n°5 : Une fois que nous avons apprivoisé cette énergie, nous pouvons la laisser libre de temps en temps, en nous lançant un défi plus grand.

Loi n°12 : La loi de la rigidité du genre

Dans de nombreuses cultures anciennes, comme celles des Perses et des Égyptiens, on croyait que les humains étaient à la fois mâles et femelles. Le mythe dit que cela les rendait si puissants que les dieux se sont sentis en danger et ont divisé les humains en deux, et c’est ainsi que nous sommes devenus soit masculins soit féminins. Selon Greene, nous avons tous des qualités masculines et féminines, mais, en grandissant, nous nous identifions trop à l’une ou l’autre, en fonction de notre génétique et de l’influence de nos parents. Nous réprimons donc nos autres qualités et, ce faisant, nous perdons des dimensions importantes de notre caractère et de notre personnalité.

Un exemple de ce phénomène est celui d’une personne qui croit que la rationalité est une caractéristique masculine exclusive. Elle dépréciera les hommes qui sont plus émotifs et dira des choses comme « les garçons ne pleurent pas », alors qu’il est prouvé que les hommes peuvent être aussi, voire plus, émotifs que les filles. Nous devons nous sentir à l’aise avec nos qualités masculines et féminines et cultiver l’équilibre. Lorsque nous aurons parcouru cette distance intérieurement, nos relations extérieures s’amélioreront, car nous nous sentirons davantage connectés à tous les êtres humains, indépendamment de leur identification sexuelle. Pour progresser, individuellement et en tant que société, nous devons cesser de chercher à nous intégrer. Ne nous conformons pas au rôle de genre que l’on attend de nous et n’exigeons pas cela des autres, surtout des enfants. Au contraire, créons un rôle qui nous corresponde et qui corresponde à ce que nous sommes, indépendamment des caractéristiques de notre sexe. Regardons à l’intérieur de nous, prenons conscience des traits masculins ou féminins que nous avons perdus en cours de route, et renouons progressivement avec eux. Nous deviendrons plus créatifs, plus authentique et plus indépendant.

Nous terminerons vendredi prochain avec les 6 dernières lois de la nature humaine. pour les 6 premières lois, cliquez ici.

A vendredi prochain mes champions

Blogueur & Infopreneur Camerounais Le dur travail bât le talent, lorsque le talent ne travaille pas dur. Namasté 🙏

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Hello world.

This is a sample box, with some sample content in it.