Développement personnel

Comment se Faire des Amis et Influencer les Autres -de Dale Carnegie. part 2

salut mes champions, nous allons continuer aujourd’hui avec ce livre très inspirant qui nous montre comment être en harmonie avec les autres et faire d’eux, des meilleurs amis. si vous n’avez pas lu la première partie, cliquez ici

Partie 2 : 6 façons de se faire aimer auprès des autres

Chapitre 1 : intéressons nous sincèrement aux autres

Les chiens sont toujours excités de nous voir et ils ont l’impression que nous sommes la chose la plus importante dans leur monde. En montrant de l’intérêt pour les autres, ils se sentent importants. nous aimons tous, les gens qui nous admirent car la plupart du temps, les gens ne s’intéressent pas à nous, ils s’intéressent à eux-mêmes. Souvenons-nous que nous nous faisons des amis beaucoup plus facilement en nous intéressant à eux. Interrogeons-les sur leur passé et leur objectif.

Souvenons-nous des problèmes qu’ils rencontrent et lorsque nous trouvons une solution, partageons-la avec la personne. faisons l’effort de parler aux personnes qui sont en dessous de notre niveau, et manifestons un véritable intérêt pour elles : leur travail, leurs conseils, ils se sentent importants lorsqu’ils peuvent nous transmettre les secrets de leur réussite.

Chapitre 2 : sourire

Un sourire dit : « je t’aime bien, tu me rend heureux. je suis heureux de te voir ». c’est un message de bonne volonté. Un sourire peut faire beaucoup de bien si une personne que nous venons de rencontrer nous sourit, nous avons tendance à l’apprécier automatiquement le sourire d’un bébé par exemple, nous fait immédiatement chaud au coeur tout comme le fait de voir un chien remuer la queue par pure joie de nous voir, donc si nous voulons nous rendre instantanément sympathique aux yeux de quelqu’un, montrons lui que nous sommes heureux de le voir en souriant. lorsqu’ils verront à quel point nous sommes heureux de les rencontrer, ils ne pourront s’empêcher d’être heureux de nous voir aussi.

Chapitre 3 : rappelons nous que le nom d’une personne est pour elle le son le plus doué et le plus important de toute langue.

un nom est l’identité d’une personne. il la rend unique parmi toutes les autres c’est le principe que j’ai toujours ignoré auparavant, et chaque fois que je rencontrais quelqu’un de nouveau, j’entendais son nom et je l’oubliais au bout de cinq secondes. et plus tard, quand j’avais besoin de son nom je m’excuse et toujours en disant : « je suis désolé, je ne suis pas douée avec les noms, pourriez vous répéter votre nom ». après avoir lu le livre j’ai remarqué que c’était une énorme erreur lorsque nous nous rappelons le nom d’une autre personne, cela montre que nous l’avons vraiment écouté et que nous nous sommes soucier d’elle.

pendant la conversation, l’utilisation des noms réduit la barrière et permet aux autres personnes de se sentir plus proche de nous. De nos jours, lorsque je rencontre quelqu’un je fais vraiment attention aux premières secondes où il mentionne son nom et au lieu de dire simplement « enchantés de faire votre connaissance », je dis toujours « enchantés de faire votre connaissance TOM ». En répétant le nom, je m’en souviens mieux et l’autre personne se sent lié à moi, alors la prochaine fois que nous irons à un atelier ou ailleurs, au lieu de dire « bonjour comment vas-tu aujourd’hui », disons plutôt : « salut TOM comment vas-tu aujourd’hui ? ».

Nous commencerons à voir la différence d’hier. Le nom est un compliment si petit mais d’une très grande valeur. L’oublier ou mal l’orthographier est une erreur rédhibitoire qui suggère que nous n’avons pas pris soin de le comprendre correctement. Les gens paient beaucoup d’argent pour qu’on se souvienne de leur nom après leur mort, en nommant des bâtiments, en dédiant des parcs à leur nom. un homme d’affaires qui ne se souvient pas du nom de ses clients importants veut dire qu’il ne se soucie pas d’une grande partie de son activité. Une fois, Carnegie voulait fusionner avec une compagnie de voiture appelée pullman.

Lorsque Carnegie a mentionné que la nouvelle société s’appellera toujours pullman, pullman est devenu beaucoup plus enthousiaste. si nous avons des difficultés à nous souvenir des noms, assurons-nous de les attraper lorsqu’ils sont mentionnés pour la première fois dans la conversation et demandons qu’il soit répété ou même épelé si nécessaire, ensuite répétons-le à la personne plusieurs fois au cours de la conversation et enfin lorsque nous sommes seul, établissons une sorte de connexion pour mieux nous en souvenir.

Chapitre 4 : soyons un bon auditeur

encourager les autres à parler d’eux-mêmes. la vie d’une personne est la plus importante pour cette personne. le mal de tête d’une personne n’est plus important pour elle qu’une famine qui tue un million de personnes. en permettant à quelqu’un de parler, il se sent important et flatté. tout le monde a traversé ce qu’il considère comme des moments difficiles et on n’en parle si on les a surmontés : poser des questions à ce sujet, mieux encore combiner ce conseil avec un autre celui de l’appréciation et de l’éloge sincère. disons-leur à quel point leurs histoires sont fascinantes, comment nous souhaiterions avoir leurs expériences ou leurs connaissances.

Lors d’une conversation, la plupart des gens sont tellement préoccupés par ce qu’ils veulent dire, ensuite qu’ils écoutent à peine leurs interlocuteurs. écouter vraiment signifie : faire un effort conscient pour accorder à l’autre personne toute notre attention et les avantages de cette approche sont considérables. un jour Carnegie a assisté à un dîner à new york où il a rencontré un botaniste n’en ayant jamais rencontré auparavant, Carnegie l’a écouté pendant des heures captivé par les descriptions des plantes et d’expériences exotiques. plus tard le botaniste a fait remarquer à l’autre que Carnegie était un interlocuteur intéressant. mais le fait est que Carnegie n’a presque rien dit du tout, il avait simplement été un bon auditeur intéressé.

A vrai dire, avant de lire ce livre, je n’avais jamais prêté attention à ce principe. chaque fois que je parlais avec quelqu’un j’attendais toujours qu’il finisse de parler pour pouvoir changer de sujet et parler de ce qui m’intéresse ou bien pendant que la personne parlait je pensais constamment aux choses que j’allais dire quand elle aurait fini et lorsque la personne avait terminé je déversait les informations qui me semblait intéressant.

Chapitre 5 : parlons en termes d’intérêt pour l’autre personne

Les gens sont généralement beaucoup plus enthousiastes sur les sujets qui les intéressent que sur ceux qui ne concerne que nous. avant de rencontrer quelqu’un faisons des recherches approfondies sur ses intérêts afin d’avoir une connaissance pratique du domaine. identifions les principaux objectifs d’une personne puis expliquons comment nous pouvons l’aider à se rapprocher de ses objectifs par exemple  « mon objectif avec mon site internet, c’est d’atteindre 1 million de visiteurs par jour l’année prochaine et pour atteindre cet objectif si je viens vous voir et que je vous dis, mes champions, s’il vous plaît visitez mon site web parce que j’ai un objectif à atteindre l’année prochaine, alors très probablement vous ne vous en souciez pas, Car cela ne signifie rien du tout pour vous.

Mais au contraire, si je peux vous donner des informations utiles dans mon site web en ajoutant une valeur positive à votre vie et seulement après vous demander de vous abonner et de visiter chaque jour mon site web,  alors il y a une grande chance que vous le fassiez parce que si vous lisez mes articles, je suppose que vous êtes intéressés par votre développement personnel et que lire mes prochains articles pourraient être intéressant pour vous. comme vous pouvez le voir je n’ai même pas mentionné ma cible je parlais des avantages que vous obtenez.

Chapitre 6 : faisons en sorte que l’autre personne se sente importante et faisons-le sincèrement

Presque toutes les personnes que nous rencontrons se sentent supérieurs à nous d’une certaine manière. faisons leur comprendre de manière subtile que nous avons conscience de leur importance. Inversément, évitons de faire des choses qui dévalorise l’autre personne et la font se sentir petit ou insignifiante. faisons des loges, sans rien attendre d’eux, simplement pour rayonner de bonheur et les élever. ce principe étant une sorte de récapitulation des principes précédent je ne m’y attarderai pas trop.

pour lire la troisième partie, cliquez ici…

Blogueur & Infopreneur Camerounais Le dur travail bât le talent, lorsque le talent ne travaille pas dur. Namasté 🙏

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hello world.

This is a sample box, with some sample content in it.